Tag: tolérance

Mai

Belle toute nue, apologie du mensonge

Lili P. adore regarder des émissions de télévision pour le moins médiocres. En tant que Lili Pute avérée, elle aime regarder Confessions Intimes entre deux pavés de Kant. Il faut dire que voir une jalouse maladive piquer une crise car son homme a eu l’audace de croiser le regard peint d’un mannequin en plastique a de quoi achever les relents de compassion de la petite mesquine. Depuis peu, une nouvelle émission est près de détrôner Confessions Intimes dans le petit cœur de la grande connasse. L’on y exploite la détresse de l’être humain ; et son surpoids. Elle ne peut que s’en délecter et sortir sa fourchette. BELLE TOUTE NUE.

Lire la suite…
Avr

Lili. P au collège

 

Lili P. est revenue. Devant l’odieux je-m’en-foutisme dont fait preuve la personne qui s’occupe de ce blog, et qui écrit ces présentes lignes, Lili P. a décidé d’agir, histoire de rappeler aux lecteurs autant qu’à l’auteur elle-même que le blog continue d’exister. Elle aurait pu râler sur beaucoup de choses, et notamment, cracher son venin sans retenue sur le petit coin oublié de Pessac où habite son patient Gulliver, un village non loin de Bordeaux dont la seule évocation suffit à provoquer des relents de péqueneauphobie chez la prétentieuse naine, qui vient pourtant d’un pays du Tiers-Monde. C’est dire.

Lire la suite…
Mar

Pape et Cul

 

Peu de personnes peuvent aspirer au titre de connard absolu. Cette distinction fort enviée ne peut en effet être décernée à toutes les raclures en mal d’identité. Elle est l’apanage aux salauds influents dont les décisions malhonnêtes et imbéciles ont des répercussions sur des millions de personnes.  À l’inverse de la légion d’honneur, la décoration de connard absolu se mérite. Et bien que souvent réservée à des simplets à col blanc, elle ne constitue pas une sinécure : enlaidir le monde plus qu’il ne l’est déjà est un sacerdoce vicieux, un sacrifice de tous les instants.

On ne récompensera désormais que peu les prestations des politiciens, toutes dévouées  soient-elles,  à ruiner à grande échelle. Après des prédécesseurs tels que  Bush et Berlusconi, il s’agit pour le titre de connard absolu  de trouver des candidats à la hauteur et de devenir l’ultime preuve d’une connasserie incontestable et résolument irresponsable.  Aussi, avec un bel enchaînement d’âneries irresponsables,  le nom du Connard de l’année est déjà su en Mars. Il a su user de l’influence que lui conféraient ses nombreux titres pour vaincre haut la main la brochette d’enflures que la crise nous a portant servi sur un plateau d’argent : il  est vicaire du Christ, successeur de saint Pierre, archevêque et métropolitain de la province de Rome et de l’Etat du Vatican, souverain patriarche de l’Occident et primat d’Italie. Benoit XVI.

Lire la suite…
Oct

Leçon de ridicule par B. Laporte

 

  La Marseillaise a été sifflée, huée. Ce genre de manifestation est pour le moins stupide, mais       ce fait-divers ne possède pas ce caractère fondamentalement insolite ou stupide propre à le   faire mentionner dans ces prétentieuses colonnes.

 

Lire la suite…
Oct

De l’inimitié assumée pour la cellulite

Les canons de la beauté sont cruels pour les uns, ambitieux pour les autres. Tout de dépend de quel côté l’on se trouve, ou plutôt, quelle taille de pantalon l’on fait. Finesse et sveltesse sont bénies. Or, la mauvaise foi, doublée de complexes somme toute bien compréhensibles, véhicule une pensée supposée anticonformiste : la minceur, c’est laid. Et vive la révolution de la disgrâce grasse. Sous couverts d’arguments sérieux et d’exemples construits, lesdites personnes, en droite ligne de la notion argumentative la plus basique et la plus célèbre de Schopenhauer, citent les cas osseux et tragiques auxquels conduit l’anorexie. Une vision simpliste, affreusement binaire. Les gens ne seraient que des 0 et des 1. D’un point de vue pondéral, évidemment. Des fils de fer, et des cercles. Aucun intermédiaire. C’est donc sur les pires dérives des maladies psychologiques liées au poids que se greffe le discours détracteur d’une communauté peu favorisée par la nature. Ce qui est justement blâmable, c’est l’instauration d’une communauté, non sur un désir d’entraide et de solidarité, mais sur de la mauvaise foi.


Lire la suite…